C’est mon fils, le bully.

Après toutes ses années à avoir épouvantablement peur que mon plus vieux se fasse écœurer à l’école et se fasse intimider ou bousculer, je me retrouve dans la situation inverse. Il y a quelque temps, genre, cet été, mon petit garçon de 5 ans rêvait encore aux dinosaures, domptait les vélociraptors de se monde tel Owen, et se coiffait comme Tony Stark avec son costume d’Iron Man. Il était mon petit cœur, mon petit bonhomme soleil, doux comme un agneau. Tellement doux, même souvent, trop doux. Il avait peur des bibites, du noir, était un grand sensible et ne répliquait jamais contre les ordres de sa sœur et encore moins devant les blessures (oui oui, mais ça, c’est une autre histoire) de son grand frère. Il ne disait jamais un mot contre eux et surtout, ne levait JAMAIS le petit doigt sur rien ni personne. Même les araignées, il se sauvait en courant, sans les tuer.

Puis la rentrée

Puis, quelques semaines après la rentrée, un message un bel après-midi, de sa prof. Jordan avait fait mal à un camarade, mais genre, vraiment mal. Un coup de poing intentionnel dans le ventre. J’étais sans mot. Comment était-ce possible? Mon Jordan? Mon chum m’a souvent reproché dit que je le couvrais trop, que je ne le voyais pas vraiment comme il était… Mais là? Comment un si gentil petit garçon pouvait-il tout à coup changer autant? Sans grimper au rideau et sauter aux conclusions, j’ai eu une discussion avec mon fiston…

Rien pour s’améliorer

Les semaines passèrent et toutes les semaines, voire plusieurs fois par semaine, j’avais des messages de son professeur. J’ai eu bien beau discuter avec mon fils, chercher à comprendre, il semblait ne pas avoir de raison de faire mal aux copains. ”On jouait” m’a-t-il lancé du haut de ses presque 6 ans, pour expliquer son premier avertissement ”jaune”. En 11 ans de scolarité au primaire et au secondaire, je n’ai JAMAIS eu ne serais-ce qu’un seul ”jaune”. Lui, même pas la moitié de l’année de fait et il en était déjà à un ! Il avait sauté à pieds joints sur un élève. À 5 ans. Mon fils il est grand, il est costaud ce n’est pas un petit machin là, il aurait pu gravement blesser son ami… Plusieurs scénarios se chamaillaient dans ma tête, je n’en ai même presque pas dormi quelques nuits. Est-ce qu’il passe la rage qu’il a contre les agissements de son frère à l’école? Est-ce qu’il réagit au bébé? Est-ce que c’est de ma faute? Est-ce que je l’aime trop? Est-ce qu’au contraire, il manque cruellement d’attention vu qu’on en donne souvent énormément à son frère qui en a plus besoin que lui?

Deuxième carton jaune

Après plusieurs conséquences, discussions, remises en questions et encouragements positifs, ça semblait mieux aller les dernières semaines. Puis,en revenant de l’école un peu avant les fêtes, je le trouvais un peu étrange. Il m’a tout de suite dit, ç’a bien été à l’école là. On m’a un peu averti, mais pas beaucoup. Il ne me parle jamais de lui-même de ses journées et de son comportement donc je savais bien qu’il y avait quelque chose. ”J’ai juste frappé un ami une fois. mais juste une.” Après plusieurs minutes à lui expliquer qu’une fois c’est une fois de trop, j’ai cru que c’était OK…. Puis le lendemain, il me revient, avec un DEUXIÈME carton ”jaune”. Tsé, je le redis, il a 5 ans. Maternelle. 2e prise, on n’avait même pas passé Noël. Troisième, il s’en va rencontrer la directrice de l’école. Il a traité un ami de con, quand celui-ci n’a pas réussi une figure en gym. ………………………………….. Je vous laisse imaginer ma colère, mais encore plus mon incompréhension et mon désarroi devant ça. J’en revenais juste pas. Impossible. 5 ans, traiter un ami de con. MON FILS. Pas celui du voisin là, nenon, le mien! Tsé dans les choses qu’on dit quand on est pas parent là, bah moi, ÇA, ça en faisait parti. Mes fils moi, seraient gentil, poli et seraient CERTAINEMENT pas, des bully. OH QUE NON. On associe souvent les enfants bully à des enfants méchants, mesquins, qui manquent d’amour et en gros, qui ont des parents de marde. On ne le dira pas avec de la dentelle, on l’a toutes déjà pensé au moins une fois.
Lui ses parents l’élèvent pas, st’assez clair!
Je ne sais même plus comment penser. J’ai signé le papier avec honte et chagrin, et j’ai regardé mon fils dans les yeux. Ses beaux p’tits yeux noisette verdâtre, remplis d’amour et de plaisir. J’imagine mal comment autant de méchanceté peut sortir de ce petit être si joyeux. Il ne se maîtrise pas, parait-il, lorsqu’il est en colère. J’ai même cru, deux secondes, naïvement que c’est peut-être le prof qui ne l’aimait pas. Qu’elle ne ”pogne que lui” parmi tous les copains qui se chamaillent. Qu’il ne le fait pas par colère, mais pour jouer… Mais non. Mon fils est le bully de sa classe, en maternelle. À suivre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.