De la part d’une maman, Ugo, ramène Louka.

Ugo… Je n’avais jamais entendu, comme bien des gens parler de toi avant ce soir. Tu semblais vivre une vie pas mal normale, comme tout le monde. Ton petit homme Louka ,à 6 ans comme le mien. Je ne m’imagine pas être séparé de lui, même pas une journée sans savoir où il est. Tu as fait trembler tout le Québec aujourd’hui, Ugo, toutes les mamans, tous les papas, ont eu ce malaise en lisant l’article sur l’alerte amber. Je te dirais que même ceux qui n’ont pas d’enfant, même si le feeling n’est pas le même, ont eu un malaise.

Je sais la vie, surtout après une séparation ce n’est pas facile. Je te comprends, peu importe tes raisons, tes sentiments, ils sont les tiens. Tu as le droit de les vivres, de les ressentir. Tu as aussi le droit d’être complètement au fond du baril. De demander de l’aide, de prendre un temps de recul. Tu as le droit d’être à terre longtemps, peut-être même pour toujours. La vie, elle peut être chiante, Ugo, je le sais.

Je comprends ta panique en ce moment, probablement que tu ne sais même plus pourquoi tu fais ça. Peut-être qu’au contraire ça bien du sens ton affaire dans ta tête. Mais Ugo, ta tête elle a mal présentement. Elle n’est plus celle qu’elle était et elle n’est plus raisonnable. Je t’en supplie, pense à ton petit garçon, ramène-le à la maison, sain et sauf. Il ne l’aura pas facile lui non plus dans la séparation, dans toute cette histoire, surtout si ce qu’on dit sur sa maman s’avère fondé. Il est tout petit, plein de vie, il ne demande qu’a grandir, qu’a rire, qu’a s’épanouir. Je regarde mon fiston dormir se soir, finir sa vrai première semaine de maternelle demain, puis j’ai de la peine, le cœur noué de savoir que demain à l’école, il en manquera un, et que personne ne sait où il est. Ramène-le  à la maison s’il te plait.

Même si tu ne t’en sens pas capable, rassemble toutes les petites parcelles qui reste à l’intérieur de cet homme brisé, confit le aux autorités les plus proches, tu ne vas pas bien. Fais-lui un gros câlin, un bisou, excuse-toi et ramène-le, Ugo. Ramène le petit Louka.

Il est probablement trop tard pour sauvé ton couple, il est peut-être trop tard pour sauvé ton amour propre, ta sérénité,ta vie mais s’il te plait, épargne ce petit bout d’homme qui mérite un meilleur avenir qu’une vie en cavale, qu’une course contre la montre, qu’une aussi grosse peur et surtout, de perdre la vie si petit. Je le sais, admettre qu’on a échoué, qu’on ne peut juste plus avancer c’est difficile. Mais Louka n’a rien fait, du haut de son 6 ans, il mérite de vivre heureux et en paix. Ugo, d’une maman, qui aime terriblement ses enfants, je te demande de puisé au plus profond de toi, de retrouver cet homme qui avait à cœur le sort de la petite Cédrika et de tous ses crimes non résolus, de pensé à toute cette peine que tu as vu dans les yeux des familles, et ramène Louka à la maison.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.