La vie parfaite du 8 à 4…. Vraiment?

Lorsque j’étais ado, j’ai toujours eu une job étudiante, du secondaire 3 au cégep, puis pendant mon DEP aussi. Je travaillais 99% tous les weekends, et la plupart du temps le mercredi, jeudi et vendredi soir. Beaucoup diront que c’est trop, mais moi, ça m’occupait. J’avais de bons résultats scolaires aussi donc, c’était bien correct.

Donc, la première chose que j’ai voulu quand j’ai cherché ma future carrière, c’était évidemment d’avoir tous mes weekends et mes soirs juste à moi. Me trouver un emploi typique, 8 à 4, ou 9 à 5 (qui est selon moi pas mal plus fréquent). Dans la construction, j’en ai eu pour mon argent; je commençais à 6h30 (oui oui!) et finissais à 2h30 la plupart du temps. (sinon j’ai fait souvent aussi 6h30 à 4h30) Ce sont selon moi de très beaux horaires quand tu n’as pas d’enfant. Ensuite, en service de garde, en milieu familial ou en installation, j’avais des horaires semblables; 8 à 4, 9 à 5, 10 à 6. Quand j’ai ouvert mon propre milieu de garde, là évidement, c’était du 7h et quelques, à 5h30 (et souvent même dépassé!) tous les jours. Mais, j’avais tous mes soirs, tous mes weekends. Ado je pensais que c’était ça, la vie parfaite.

Ce que l’on ne pense pas, c’est que souvent les services de santé, les rendez-vous pour les enfants, dentiste, l’ophtalmologiste, la physio, les magasins, le notaire, SAAQ, NAME IT! c’est ouvert 90% du temps, seulement le jour, en semaine. (En plus, c’est archi plein les weekends dans les centres d’achat.) Oui ils offrent un soir ou deux, ou un jour de fin de semaine, mais, c’est toujours plein, évidemment parce que la demande est très forte. Donc, tu n’as pas le choix de prendre congé pour ça. Au cours des dernières années, j’aurais troqué volontiers un soir de semaine pour une avant-midi de libre. C’est l’expérience, j’imagine.

Donc, j’ai réalisé que le traditionnel 8 à 4, ce n’était pas pour moi. Pas pour le mode de vie que je souhaite vivre. Ma tête jongle entre avoir une vie terre à terre, avec des murs blancs cassés, stables et profitables, sans souci (on s’entend), et vivre au jour le jour, prendre des risques, voyager, m’expatrier, être citoyenne du monde sans attaches outre que ma famille.

J’ai choisi d’être entrepreneur et pigiste. Je suis revenu à mes premiers amours, l’art et la technologie réunis. J’ai même choisi de suivre une toute nouvelle formation sur le sujet, au cégep, pour m’en apprendre davantage. En étant pigiste, la vie n’est pas toujours de tout repos. Surtout quand tu étais habitué d’avoir une paie chaque semaine, stable. Là c’est un peu tout croche, un peu souvent plein de surprise. Faire le quadruple de ton salaire une semaine, mais ne rien faire pendant plusieurs semaines…. Bref, je suis encore une novice à ce niveau, et la gestion de mes finances de pigiste est pour l’instant un peu bordélique. Mais j’ai confiance, j’y arriverais.

Je me sens beaucoup plus zen, beaucoup plus calme à faire ce travail. Je crée mes horaires, j’ai du fun avec mes clientes et surtout je peux profiter de beaux moments avec mes enfants.

Et vous? Quel est votre métier? êtes-vous bien dans un 8 à 4 ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *