Ma petite histoire différente d’allaitement

Dans la vie, je gère bien un paquet de trucs que d’autres gèrent moins bien. Je gère bien la douleur, je gère bien la fatigue, et je gère bien le chaos entre autres (allo, j’ai eu une garderie familiale 4 ans). Il y a d’autres choses que par contre je gère sweet fuck all. Les hormones en font partie. En plus d’avoir des spm de fou quand je ne prends pas la pilule, j’ai des boutons et des montagnes russes d’émotions. Alors, imaginez-vous donc, qu’enceinte, c’est pareille, mais au moins 3x. La première fois que j’ai été enceinte, j’ai cru que j’allais être internée, tellement que j’étais devenue un yo-yo émotif. Je pleurais à journée longue, j’avais des Highs de fous, 5 min après, je broyais du noir… bref, quand j’ai accouché, je me suis sentie libéré.
frozen disney GIF
source giphy.com
Pour ma deuxième grossesse, ce fut vraiment moins pire. Mais après … hi boy boy. J’ai fais tout qu’un post-partum! Pour ma troisième grossesse, celle que je viens de vivre l’été passé, ce fut correct, sans plus. Je n’avais aucune patience dût à mes grosses douleurs et maux de tête, mais pas trop de montagnes russes. Donc je savais bien à quoi m’attendre quand j’allais accoucher. J’allais avoir toute qu’une débarque! Mon post-partum a toujours été intense, je pleurais plusieurs fois par jour, sans vraiment de raison, vers 8h 9h pm. Ça en est presque devenu un running gag parce on le sait, mon chum et moi. Ça passe cependant rapidement, en dedans d’une 15aine de jours. Et cette grossesse-ci, ce fût la moins pire, à mon grand soulagement. Donc, sachant que je suis hyper fragile sur les hormones, je n’avais cette fois, pas du tout d’attente sur l’allaitement…

L’allaitement

Ma première expérience d’allaitement fut un lamentable échec. J’ai été mal guidé, je pense, et Jake, n’avait pas un grand réflexe de succion, dont on a appris 2 ans plus tard être relié directement à sa différence. Je me sentais poche d’abandonner, de donner du lait en poudre à mon bébé, j’ai même pleuré, beaucoup. J’avais horriblement mal aux seins et très très très peu de lait, malgré 5 jours d’extraction manuelle. Bien sûr que j’aurais pu persévérer. Bien sûr, que j’aurais pu prendre des médicaments ou, etc. Mais bon, je ne l’ai pas fait. Jugez-moi si vous voulez. #sorrynotsorry Quand j’ai accouché des jumeaux, Jake avait 17 mois. Ne marchait pas, n’était pas du tout autonome, et nous étions en pleine procédure de diagnostique. Le mot handicapé venait de tomber, on était pas mal au boutte, déjà. J’ai essayé le tire-lait sans grande volonté, je le sentais que c’était trop pour moi. 5 ans plus tard, je me suis dit que j’essayerais pour vrai, avec ma dernière fille. Pour elle, mais aussi pour moi. Pour être fière de moi. Dès sa naissance, dès son atterrissage sur moi, elle s’est lentement glissée vers mon sein et hop, c’était parti. Aussi facile que ça. Je me suis dit wow!
Photo de Emilie Ruel.
Quelques minutes après sa naissance, toujours dans la salle de césarienne. Un gros merci au photographe, aka l’anesthésiste!
De retour dans ma chambre, ma fille ne prenait qu’un sein sur deux, refusait catégoriquement d’être de l’autre bord et quand les infirmières voulaient la placer, elle hurlait ni plus ni moins. J’ai vite demandé qu’on la laisse tranquille que j’y arriverais petit à petit. Et pour un temps, ça a fonctionné. Les infirmières étaient un peu gossantes (on comprenait l’importance par contre, évidemment), car mon bébé perdait du poids et ne buvait pas beaucoup avec sa jaunisse.

Un choix important

On avait donc décidé de faire un allaitement mixte, sans stress. Pour aider poupoune à prendre du poids et par le fait même, moi-même, à apprivoiser doucement l’allaitement. À la maison, elle prenait encore juste un sein, se mettait à hurler après quelques gorgées seulement. J’étais honnêtement découragée… J’ai fini par acheter un tire-lait, pour m’aider dans l’extraction de mon lait, et soulager la douleur de la montée de lait qui était la plus importante jamais eu! Et là, ce fut, une révélation… à suivre!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.