Parce que c’est un Asshole

Tu as ce mal de vivre qui bouillonne en toi. Difficile de savoir si c’est de la peine ou encore de la rage. Tu ne sais pas, tu ne sais plus. Ton corps au complet est engourdi. Tes jambes sont molles. Tes pieds cloués au plancher. Tu voudrais crier. Tu voudrais pleurer. Mais ton corps est paralysé par la douleur. Ta tête est confuse. Embrumée par ce nuage épais de refus d’y croire.

Puis tu réalises que ça fait beaucoup trop mal, que c’est beaucoup trop réel pour être un rêve. Depuis un bout déjà ta vie n’avait plus rien d’un rêve. Cette belle illusion qu’il t’avait fait croire, la vie d’amour et de confiance qu’il t’avait promis, s’était dilapidée en un temps record. Tu continuais d’y croire, qu’il changerait, que ça s’arrangerait. Tu ne pouvais pas t’être trompé à ce point. Tu ne pouvais pas avoir gâché ta vie. Impossible.

La rancœur au bord des lèvres tu regardes ton cell une fois de plus. Aucun appel. Aucun texto. Tu ne sais même plus pourquoi tu espères, pourquoi tu attends? C’est toxique, pour toi, pour ta vie. Ça l’a toujours été.

Il y a quelques années tu vivais la pire des trahisons. Il t’a fendu le cœur en deux, toi qui lui faisais si confiance. La pente a été dure à remonter. Puis, lorsque tu pensais enfin en avoir fini, il est réapparu dans ta vie. Plus beau et gentil que jamais. Tu as passé par dessus tes principes, tes peurs, les conseils des gens autour de toi et tu as suivi la seule voix qui te semblait juste, celle de ton cœur. Tu l’aimais tellement.

Il t’a fait rêver, il t’a promis la lune. Tu lui as ouvert ton cœur et l’as laissé pénétrer ton âme. Je suis pourtant certaine qu’au fond de toi, restait toujours cette graine de peur et cette cicatrice de trahison.

Je me souviens t’avoir souri. La peur m’envahissait. Je ne pouvais te donner raison. Mais au fond, si je me trompais? Si on se trompait tous? Est-ce que tu aurais regretté toute ta vie si tu n’avais pas essayé? Probablement que oui. Je t’ai regardé être heureuse avec cet homme qui ne te méritait pas. Je t’ai regardé construire des rêves, avoir une famille avec cet homme qui ne le méritait pas.

Puis j’ai su. Inévitablement je m’en suis douté même si on s’était éloigné dans les dernières années. L’inévitable est arrivé. Ton cœur a explosé. De peine, de honte, de colère. Il ne te méritait pas, et comme on pouvait s’attendre de lui, il t’a blessé. Transpercé le cœur. La tête te tourne. Tu ne peux pas concevoir que tu as fait la pire connerie de ta vie. Le moton sur le bord des lèvres. Tu réalises. C’est fini, tu ne peux pas reculer. Tu ramasses ta vie éclatée en mille morceaux et quittes la sienne.

Ton cœur, ton corps, ton âme souffrent. Tu ne penses pas remonter la pente. Tu n’as plus confiance en rien. Tu continues ta vie avec le sourire. Même si elle est un peu au ralenti. Mais tu le sais, tu le sens que ça ne va pas. C’est fake tout ça. Est-ce que ça ne l’a jamais été? Être une mère seule, c’est épeurant. Tu ne veux pas être seule. Par orgueil. Tu ne veux pas être cette mère-là. Tu l’avais ta famille, et c’était ça ton but. Vivre avec cet échec sur la conscience te pèse et t’enfonce encore plus. Ton propre mal te pèse, mais le regard des autres encore plus. Tu n’aimes pas qu’on sache que tu as échoué.

Chaque seconde, chaque heure, le cœur d’une femme s’éparpille en mille miettes. Il éclate brisant au passage les promesses et les rêves qu’un voleur de cœur lui a fait. Ce genre d’homme incapable d’être heureux et destructeur qui s’empresse de briser tout sur son passage. Avec ou sans raison, un homme ne devrait pas avoir un tel pouvoir sur l’âme d’une femme. Tu n’es pas seule à souffrir. Tu ne seras pas la seule à trouver celui qui te rendra ton sourire un jour.

Cet homme, tu sais qu’il comprendra. Que naturellement il mettra trois assiettes sur sa table. Il ne te prendra pas que toi, il vous prendra toi et ton rayon de soleil. Il ne sera jamais vraiment son père, mais il saurait rendre sa mère heureuse. Il saura faire tout ce qu’il peut pour vous faire sentir comme une famille normale. C’est ça un vrai homme.

Tu regardes encore une fois ton cell. Aucun appel. Aucun texto. Fuck off. Tu le poses sur la pile de boites qui encombrent ton nouvel appart. Tu ramasses t’es clés et décolle. N’importe où. N’importe comment, et peu importe le temps. Tu n’attendras plus jamais après lui pour réparer quelque chose qu’il n’arrête pas de détruire.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *