Le deuil de la rentrée scolaire

Il y a environ un an, j’allais à un rendez-vous pour mon grand garçon à besoins particuliers. C’est avec peur que j’entrais dans l’immense salle qui nous servait de rencontre entre parents et spécialistes. A l’ordre du jour, l’intégration scolaire. Jake aurait commencé la maternelle cette année en septembre. Mais il n’irait pas comme tous ses amis. Tous quitteront le CPE, tandis que lui, resterait un an de plus.

578399_10151840773338142_394151693_n

Cette nouvelle, même si j’étais consciente et d’accord, a bouleversé mon cœur et ma tête pendant plusieurs mois. Récemment, on m’a ajouté sur un groupe Facebook où plusieurs mamans d’enfants différents, de plus petits cas au plus sérieux, discutaient entre elles en harmonie. Le point commun? Faire le deuil d’un paquet de stupidités (mais qui étaient importantes pour nous) qu’on s’étaient imaginé et qui n’arriveraient probablement jamais.
Décompresser d’une journée/semaine/mois difficile avec des mères qui ne te donneront pas un paquet de trucs futiles parce ELLES, elles savent que ton enfant y’a que toi qui le connaît. Que ton enfant, les trucs normaux ça sert à rien. Bref, ce groupe m’a apporté une petite tape dans le dos que personne ne m’avait donné auparavant.

12549129_10153840872728142_3196046203136799126_n

Un jour le sujet de l’école a été abordé. J’ai expliqué ma peine, ma déception vis-à-vis la dérogation scolaire de mon fils. À ce moment et non pas pour me juger, plusieurs mamans m’ont expliqué qu’au fond, j’étais mon fils était plus que chanceux. Elles se battaient depuis 2 ou 3 ans pour avoir un bon service pour leurs enfants (moi qui l’ai eu très rapidement avec Jakicroc, ça ne m’était même pas passé à l’esprit qu’il y avait plusieurs enfants avec des besoins qui n’étaient pas prient en charge) pour qu’ils aient la possibilité de voir leur entrée scolaire retardée parce qu’ils n’étaient pas prêts du tout.

13346569_10154188497793142_7600333715896991200_n

De savoir ça, à ce moment-là, j’ai réalisé qu’au fond même si voir les enfants de mes amis partir pour l’école, avoir leur rencontre, leur nouveau sac à dos, souriant le pouce en l’air sur Facebook, je ne devais pas avoir de peine pour ça. Mon fils irait à l’école de toute façon. Il irait quand il serait prêt, que ce soit l’an prochain ou encore, qui sait, plus loin. Il est parfait dans sa différence. Je ne dis pas qu’en septembre, mon petit cœur ne bâtera pas un peu plus lourdement, un peu en peine devant tout ces enfants qui commencent une nouvelle étape de leur petite vie. Cette place, entre deux amis, aurait été la sienne. J’espère qu’il comprendra tout ce que l’on fait pour lui. Qu’il n’aura pas l’impression que nous n’avions pas confiance en lui et en ses capacités. C’est un petit être tellement brillant, mais tellement instable émotionnellement.

Comment voyez-vous l’entrée scolaire pour vos enfants?

signatureemilie

2 comments

  1. Bonjour,

    Je comprend votre sentiment car ma fille aussi a passé une année de plus en garderie. Elle est née le 26 septembre donc je ne sentais pas qu’elle avait la maturité nécessaire pour affronter la maternelle en raison de ses multiples diagnostics. C’est la meilleure décision que j’ai prise. C’est un petit pincement au coeur car moi aussi les enfants de mes amies entraient tous à l’école mais au final, je sais que c’était une bonne idée de lui donner une année de plus de socialisation dans un milieu plus encadré.

    Vos émotions ont leurs raisons d’être, vous faites bien de les exprimer. L’écriture ça délivre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *