Une partie de mon adolescence, s’est suicidée hier.

Ado, j’imagine que je n’étais pas facile, comme bien des jeunes de mon âge d’ailleurs. Je me sentais imcompris, opprimé, insulté pour un rien. La vie était injuste et me tombait constamment sur la tête. Ma mère ne comprenait tellement pas. Elle n’essayait pas trop non plus, j’imagine. Bref, la musique, comme bien des ados, faisait partie de ma vie, plusieurs heures par jour. Écouteurs, disqueman panasonic gris, mon CD de britney poussiéreux dans un coin, j’écoutais maintenant de la musique qui me faisait du bien. Une mélodie pleine de vigueur, qui me parcourait le corps et résonnait dans ma tête comme une vraie vague de soulagement et de compréhension. Enfin, quelqu’un, quelque part, savait comment je me sentais (lol, pas drôle l’adolescence quand même, ce penser si seul au monde) et ce que je ressentais. J’étais pleine de frustration et probablement d’hormones, et les airs de Linkin Park soulageaient mon cœur comme un baume sur un genou scratché par I’asphalte.

I tried so hard
And got so far
But in the end
It doesn’t even matter
I had to fall
To lose it all
But in the end
It doesn’t even matter

I’ve put my trust in you
Pushed as far as I can go
For all this
There’s only one thing you should know
I’ve put my trust in you
Pushed as far as I can go
For all this
There’s only one thing you should know

In the end

Numb, jouait en boucle, bien souvent, comme en ce moment où j’écris ses lignes. Les paroles m’atteignaient, personnellement comme si j’avais écrit la chanson. Tsé ce sentiment, quand on lis quelque chose, qu’on se dit, omg, c’est comme si, quelqu’un avait lu en mois et avait écrit ce que moi même je ne suis pas capable d’interprété!!! Eh bien, à ce moment-là, le groupe populaire Linkin Park me faisait cet effet. Chaque note, chaque refrain apaisaient ma détresse pas full justifiée d’ado hormonée.

I’ve become so numb, I can’t feel you there
Become so tired, so much more aware
I’m becoming this, all I want to do
Is be more like me and be less like you

And I know, I may end up failing too
But I know, you were just like me
With someone disappointed in you

Numb

Bref, tout ça pour vous parler bien évidemment de la mort prématurée, de ce chanteur si talentueux du groupe qui a marqué mon adolescence (genre les autres c’était les Backstreet boys, moi c’était ça lol) mais surtout de ce père de famille, de 6 enfants. J’avoue que quand j’ai vu sa photo sur « ‘TVA Nouvelles »’ ça m’a fait un choc. Un peu comme quand j’avais vu Paul Walker, après son accident tragique d’auto. Comment est-ce possible, qu’on en vienne à ce moment-là, à cet acte-là? Nous avons très peu de détail pour l’instant, et nous n’en aurons, je le souhaite pour la vie privé de ses proches, peut-être jamais plus. Un grand de la musique s’est éteint sans qu’on ne le voie venir. Ni overdose, drogue (pour l’instant) ni accident de voiture, non, un homme à bout qui venait de perdre son meilleur ami en mai, qui n’a pas su remonter la pente.

J’aurais aimé que quelque chose t’aide, te fasse du bien, comme ta musique m’a aidé. Qu’un sentiment de puissance t’habite, et t’aide à traverser tout ça. Ta musique, ta voix, tes prestations ont fait tellement de bien à un paquet de gens, tu sais. J’aurais aimé, entendre le nouvel album, aller enfin voir un show, puisque j’ai manqué les deux derniers, mais non. Plus rien de tout ça ne sera possible. Je vais continuer, dans mes moments plus durs, de me souvenir de cette force que ta musique m’a donné en fredonnant In the ennnnnnnnnnddddddd

Repose en paix, mon cher Chester, tu passeras maintenant l’éternité avec ton bon chum.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.